Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Vendredi (23/10/15)
Ane Trois Grammes
--> L'âne c'est comme la vengeance, ça se mange froid. et c'est tes rats.

Putain de prénom à la con.

https://www.youtube.com/watch?v=KqF8_UcUQdQ


Ma chère Anne, toi qui n'a jamais rien vu venir, 

Je l'ai écouté si tendrement refaire ton portrait de garce ménagère, hystérico spamosphile théatralement chiante, lanceuse de chaussettes, championne de l'ordre et de l'injustice, c'est pas parce que tu couchais de temps en temps avec mon amant qu'il fallait te la péter, c'était ton petit mari, mais d'sous ma pluie.

Je t'imaginais donc, sous les pinceaux de ses mots, si désespérément brunette, les cheveux filasses, le teint fillette, les yeux aux cheveux courts, petite, courte sur pattes, si petite que j'en étais jalouse, fagotée dans des robes desagueul dégueulasses pas assez amples pour cacher ton petit corps, qui prenait si tant de place, tu sais entre lui et moi.

Je crois que j'ai détesté chacun de tes appels quand il sur MA planète, là où tu n'avais rien à y faire, pas d'existence, chacune un bout, on est d'accords,

 ta petite voix féminine si pff nasillarde, qui m'a volée toutes ces looooongues minutes et ces looooongues heures, dans l'herbe, dans les bois, dans la voiture rouge, puis dans la voiture bleue, et même des fois quand il me faisait chut avec son doigt, Anne, en riant, j'avais envie de te dire ta gueule, mais, c'était pas toi, au final l'intrus.

Putain tu faisais chier Anne, même quand on faisait l'amour, bordel fallait que t'appelle, quand on vivait the minute cruciale hyper romantique de la journée et tout le tralala, c'est sûr, que t'as jamais appelé quand on bouffait un kebab salope, toi fallait toujours que t'appelle à ce moment là, franchement t'es une gâcheuse d'adultère Anne et je t'ai détestée.


Je t'ai détesté, à chaque fois qu'il s'est arraché de mes bras, en disant faut que j'y aille, ELLE va se poser des questions, faut que je l'appelle sinon ELLE va trouver ça bizarre, on ne peut pas se voir demain, parce, qu'ELLE me saôule, je ne peux plus t’appeler cette semaine car ELLE surveille mon téléphone.

 ELLE ELLE ELLE EEEEELLE

 Tant de elle, tant de toi dans mon histoire à lui et à moi.


Alors tu vois Anne, que je n'ai pas vu REvenir, après tout ça, quand il ma quittée parce que tu avais des doutes, toi qui l'engueulait tout le temps, toi qui rendais sa vie insupportable, toi qui n'a jamais rien su de tout cela, tu peux me remercier, parce que j'ai été la seule,

 je dis bien la seule à souffrir. 

Ecrit par Gobbo, à 20:42 dans la rubrique Alcoolo song.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (29/09/15)
Anniversaire de larguage.
--> Micka

Un souvenir, c'est traître, ça rit et ça mord, ça t'attaque quand tu dors, ça profite de ton sommeil, c'est lourd à porter, c'est dur comme un secret

tranchant

comme un couperet,

ça te fait rougir ou crever de désir.


Un souvenir c'est une image, une odeur, chargée d'humeurs, des enfantillages, des rumeurs,

des mensonges.

Dans ma tête, hou hou ,  dans ma tête,

alouette,

y a toute une planète,

qui jamais ne s'arrête,

C'est mélangé-coloré comme une salade de fruits, avec des tutti frais et d'autres tous pourris, c'est pas vers-glauque, ça ressemble à la peinture de  Mr Glloq.

Oué, un souvenir c'est traître, tu le ressors de sa boîte comme un trésor, tu en détords les méandres, (si je veux !)

du tréfonds de ta mémoire, à dénouer le fil du désir, de l'histoire, le vrai du faux, le pensé, l'imaginaire, le vécu,

 le à-vivre, le try again,  aussi c'est un souvenir en devenir.

Et finalement tu ne sais plus où tu en es :

 Qui tu es es-qui tu vois-ce que tu vis-d'où tu viens-qui t'aime encore.

qui donc t'aime encore ?

Qui ?

Qui donc m'aime moi encore ?

Mais vraiment m'aimer, penser à moi, me désirer, demander ce que je fais, à l'instant T, ce que j'aime boire ou manger, si je vais bien, si je ris, si je pleure, ou si je suis de bonne humeur.

J'ai plein de sentiers là dans mon coeur, de belles histoires, des usufruits, des usuriers, des prétendants, des princes charmants, laissés partout dans les coins de ma tête, attachés enchainés, aux barreaux de mon cerveau.

J'ai des nouvelles j'ai pas de nouvelles, je suis heureuse, ou malheureuse selon les jours selon les heures selon mes mails ou qui m'appelle.

Ou pas.

Des souvenirs, ça fait pas battre mon coeur. J'en ai pas. hiiin hiiin hiiin . Auriez vous oublié ce petit détail qui a une importante cruuuuciale dans la compréhension de mon flot tortumerdique ?

C'est une chierie littéraire, c'est païen, paillin, parien, pas rien, je n'y peux. Rien.

Ca nourrit pas mon corps.

Déjà elle s'estompe son odeur, je les garde pas longtemps les odeurs.

 Je ne peux plus dessiner son visage du contour de mes lèvres, je les garde pas les visages.

Flashs exigus, des aurevoirs, des intonations de voix, parfois juste ton regard, parfois même pas. Plus.

juste un peu de ta voix, juste un peu de toiiiii.

Et je dois faire quoi ?

je n'ai aucun droit.

Je suis une porte exit, entre deux mondes, un laps, un laps, je suis juste un laps

Parfois j'ai mal. Mal.  Je ne sais pas comment ça vient, c'est là c'est moche c'est visqueux, ça arrive en rampant, même quand je me réveille, heureuse, avant le soleil,

il est nul à la course le soleil,

je me réveille avec des petilles dans les yeux c'est beau c'est mignon, je m'aime et puis ça arrive en rampant, dou-ce-ment,

cette fleur du mal, pleine de pétales,

 melancolia , elle rampe, elle tisse sa liane autour de ma conscience, et je finis par me sentir seule.

Parti alors le soleil, l'odeur du foin frais, de la rosée,

des nappes de brouillard qui font l'amour aux champs dès l'aube,

Parti tout ça, le souvenir, l'espoir, le désir,

 partis, ces jolis instants qui pourraient faire mon bonheur, si mon âme ne s'était pas déjà envolée ailleurs.

Ecrit par Gobbo, à 01:23 dans la rubrique Alcoolo song.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (16/06/14)
Ta pute, mon animal.
--> Les meilleurs amants du monde.
Baiser avec toi, c'était comme baiser avec lui après avoir fumé un pétard.

C'était évident et facile. Charnel.
 Un corps,  qui n'est plus qu'une infinité de points de peau ne demandant qu'à se fondre dans la tienne. Des frottements. 
Des frottements qui dansent, ondulent, se râpent, se collent,  qui ont compris la musique. 

La douleur, au summum du plaisir qui devient lancinante.
 Comme avec toi dans ces moments là je me sens remplie, pleine, zen.
Les femmes mentent, tu sais, la taille est importante. Et avec toi c'était facile. Rapide efficace.
Vol de croisière.

 Belle comme une forêt après la pluie.

Il se lève mais ce n'est plus seulement lui, sa peau c'est la tienne, ce regard qu'il me lance pour aller chercher de l'eau, c'est un autre. Je me surprends à guetter tes expressions sur son visage.

 Tous ces hommes qui ont élu pause dans mes bras, pour quelques heures ou plus se rejoignent pour cette soirée pas comme les autres. Il revient et c'est un autre encore.
Le vent veut rentrer dans la chambre.
 Surtout qu'il ne parle pas.

 Sa peau pourrait presque être aussi douce que la tienne s'il était un poil plus large d’épaules. 
Je me berce à son souffle, maintenant il suce ma lèvre, son œil plongé dans les miens, tout est doux, et mou et dur en bas, mouillé et sec tout se mélange, tout est histoire de frictions, je ne suis plus qu'une sensation à la recherche du palier, ce petit mouvement supplémentaire, qui me fait atteindre une autre lumière.

Et ça vient presque dans la douleur, je ne sais plus si c'est son sexe, ses doigts ou les miens, tout cela ensemble mêlé dans la bataille au plaisir, tendue comme un arc, je tiens l'horizon.

Cela n'arrive pas à chaque fois, tu sais.
 C'était un cadeau qu'on a  bousillé aux quatre coins de tes propres peurs.
 Avec toi c'était évident et facile. Baiser avec toi c'était inné. 
Estce que au moins parfois ça te manque ?

Ecrit par Gobbo, à 11:58 dans la rubrique Alcoolo song.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (03/06/14)
Le Broyeur de Vieux... Tu savais pas qu'on en faisait des croquettes ?
--> Lacher de nerfs.
Boum boum du moment :

http://www.youtube.com/watch?v=Q8qgR2BAxIg

N'est pas la dame en blouse.

Un jour mon père deviendra vieux. Vraiment vieux. pas vieux comme maintenant mais vieux dans 30 ans. 
Peut etre bien qu'il me prendra pour sa mère, pour son ancien chien, ou celui du voisin.
 Qu'il parlera au sèche serviette et urinera dans le canapé ou les poubelles. 
Peut être aussi qu'il mangera sa merde, et refera la tapisserie à coups de steacks.


Des vieux comme vos vieux, se ramassent à la pelle.
On nous les laisse en gage à l'unité.
On nous les dépose parfois sans un regard en arrière, on vient les voir un peu , beaucoup puis plus du tout.
On se prend en photo pour se donner bonne conscience, 
qu'on punaise sur leurs murs,
on les sort parfois un peu mais on les ramène vite, dès que papi sent mauvais ou que mamie déraille.

Des vieux Alois à la sauce psychotique, déambulant parmi les araignées du mental, agrippés aux rambardes des couloirs tristes, 
 comme en croit en l'amour, le cul souillé de leur inconscience protectrice, 

leur regard lointain, perdu, défocalisé, dans les méandres du passé,
ils vous appellent, tellement fort, vous, conjoints, enfants, petits enfants,
vous le dehors, vous le passé, vous leur vie, 
ils voyagent en interne, leurs neurones ont lâché.
Mais dans ceux qu'ils leur restent, ils vous aimeront toujours.

Des vieux pathétiques, semés d'embrouille, qui bateaux sans les rames, à cordes à leur amour, ils planent, on leur apporte  hygiène ou laxatifs, selon où c'est bouché, 
 quand ils ont besoin de temps et de tendresse  pour chier leur passé encombré.
 Parcequ'ils ont juste besoin de réparer leur vie, pour résilier l’âme en fuite. Mais ça, ça se fait pas en deux jours.

Plutot que de taper sur les blouses blanches, critiquer à tut va, ces pauvres d' Ames qui courent, d'un bout à l'autre des couloirs, 
essayant de répondre au mieux aux cent voix qui caquètent, pleurent, crient, hurlent,
effroi , joie, curiosité, tendresse, interrogation, colère,

plutot que d'écrire aux autorité cons et péteuses, pour goudronner la gueule des blanches cocos fatiguées, 
Gardez les bien aux chaud, vos reproches et  vos vieux, vieillir dans vos bras, 
et faites lire ma tirade à nos grassouillets directeurs.

Qu'à 2 , on ne fait pas le travail de 8 !

Qu'on ne mélange pas les exilés mentaux et les spiderman du plafond !

Que notre temps est leur sérénité, et qu'ils s'en foutent si le lit est au carré et la chambre  bien rangée.
Ca c'est plutôt vous, que ça emmerde.

 





Ecrit par Gobbo, à 14:24 dans la rubrique Hostopathie.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mercredi (12/03/14)
Il s'appelle Sam. Sam Ouraï
--> Oué c'est mieux que Sam Antha.

Ou Sam Enerv

BOUM BOUM du moment

FAITH The Cure

http://www.youtube.com/watch?v=jFA2siPXpjY

L'aube. Est une complice à délices. Un jour qui accouche en toute beauté, sans cri, presque à tâtons, et qui apporte son lot de papillons.

Yo fidèle lecteur, voyeur de mon côté trouble souvent pathétique, je me suis morfondue longtemps sur le souvenir d'une langue, et quelle langue,

j'ai aimé l'enfer, je le jure de tout mon corps et le diable qui allait avec, pauvre diable, autopuni lui même par son lot de dictons ( le diable est tout aussi faible que sa propre chair, en fait.)

 Et je reviens vers toi, suspendue à demain,

deux mains tendues dans l'obscurité d'une chambre d'hôpital, deux mains d'homme caressant un corps moche, pourri,  vieilli, et douloureux, gémissant, et c'est la première chose de toi que j'ai vu de lui,

diablo,

maitre Sam,

 tes deux mains si grandes, noueuses, des mains d'homme palpant et tirant un muscle défraichi, puis ton dos, large, prêt à exploser ta  blouse trop petite,

(t'avais dû piquer la mienne, dans la pénombre du jour naissant, à un casier près, hein fetichiste)

l'embauche enivrante du poulailler à flinguer, une par une,

les preuves à faire, tant de visages à apprendre, à décoder,

 tes longues jambes perchées, écartées,  sur tes cuisses bien musclées,

puis tes cheveux noirs, drus , jouant avec la lumière , pas un poil en bataille, ton cou de taureau, encore un ! Putain !

olé olé ,

charnier pour des grains de beauté explosifs, et enfin ton regard, sombre, amusé, devant ma surprise éloquente.

... ?

Kiss ? est ce ?

Oh la vieille tu le lâches mon futur étalon ?

Arrivé comme un fantôme dans le service pas un poil annoncé d'ailleurs juste une rumeur d'un trentenaire beau gosse qui nait à ses heures,

 amateur de vieilles peaux,

 parcourant les couloirs, des gloussements des collègues dindes aux quatre coins du service, et juste un prénom monsieur Hourra,

une esquisse sur tes lèvres, parce que tes jolies dents sont blanches même si elles ne sont pas en place, j'aime ce trou du bonheur, 

 et je me surprends, dans le coin de la porte, surprise comme une voleuse, rougissante comme une môme, à essayer de deviner ton cul dans ce pantalon de guerrier informe, 

à envisager un instant, un quart de seconde la couleur de tes tétons, que je préfère marrons, 

 la pilosité sous ta blouse, tirer sur tes pressions, envisager la bosse mais pas celle des maths,  la douceur de ta peau, sous la douceur du tissu, n'osant ni bouger ni approcher, novice de nouveau, dans l'ombre de cet inconnu .

Coucou, S, je suis le nouveau kiné !

- heu .... ravie....

Balbutiante expression qui voulait dire, en néon rouge clignotant sur mon front, ATTIRANCE repérée !

 ATTIRANCE  repérée !

Cte tehon...

Et envier la mamie, qui se trémousse sous ta peau, un pas en arrière puis un autre, le cœur brûlant, les joues groggy, chaloupant dans les couloirs du bateau qui gigue, j'ai mal au cœur, envie de vomir, tout ce désir,

un appel du puits noir sans fond que j'avais rebouché à coup de pelle, depuis red destrier, ouais toi, là ,

tout ce manque, ce deuil sans fin et omniprésent, ce manque absolu,

cette attirance écrasante.

Alerte les poulettes,

c'est l'ouverture de la chasse.

Ecrit par Gobbo, à 15:38 dans la rubrique Maitre Our Aïe.
Lire l'article ! (suite de l'article + 3 commentaires)
Mardi (17/12/13)
The Boyz
--> A pris la poudre d'ex tempête.
Boum boum du moment
http://www.youtube.com/watch?v=gXf1BcTE-7s
Clap de fin.
D'abord j'ai été devastée.
 Comme un bateau fringant parti tout petit, sur une tempête déchainée, j'ai voué mon coeur et mes certitudes ebahies à l'espoir, ce con.
Ton silence est comme un couteau effilé qui me carresserait les organes de l'interieur. J'ai froid.
Tu comprends, partie seule dans ce brouillard d'émotions,
Je ne voulais plus entendre, ni plus voir, qui que ce soit, qui n'ait pas de rapport avec toi.
Les yeux et le coeur tourné vers l'intérieur, sur les images au fond de moi, qui exsangues, dansaient encore dans ma tête, l'odeur de ton mini vanilla flottant dans un de mes films, je retenais, je retenais tout à fleur de mémoire, tes yeux ta peau, ton rire, 
 la peine aiguisée au moindre de tes vieux je t'aime, je n'ai pas voulu y croire, parceque ça faisait trop cauchemar.
Qui a éteint cette putain de lumière au fond de mes yeux ?
Fonction robot oh oh oh oh !
ON, metro boulot dodo, allo j'ai peur, allo j'ai mal, allo tu me manques, allo dis quand reviens tu , allo je me sens seule, allo pourquoi t'es parti.
Puis, p'taiiin !
 je sais il y a eu ma colère. Elle n'est pas chouette, toute cette colère.
La seule chose que j'ai voulu ensuite c'est éteindre mon coeur,
ça fait mal un coeur qui souffre, ça gueule tout le temps au fond de toi,
ça te serre la peau,
il fait je suis là, je suis là! ton coeur, il bat plus fort, il te frappe de l'intérieur,,
et toi la seule chose que tu veux, tu veux crever,
oublier, arrêter de penser
tu te dis que ça ne s'arrêtera jamais cette souffrance, tu détestes les miroirs, la bouffe, la flotte tout ce qui te rappelle à la vie,
tu veux plus exister.
Simplement parceque toi t'es plus là.
Ecrit par Gobbo, à 16:46 dans la rubrique Red Destrier.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (25/06/13)
La loi de l'Etalon
--> Parcequ'on devrait jamais sortir sans son ebook pratique : comment dresser ses amants

L'indécente

Le boum boum du moment :

http://www.youtube.com/watch?v=EjdJ60pHyqg

Le roi est mort, héhé vive le roi.

Il était une fois, fois fois, une belle au bois , bois bois, qui attendait son roi, roi roi, depuis des mois mois mois, et qui, en une seconde a décidé

de tout envoyer planer.

Marre des secrets et des silences. Marre de décortiquer les sites de rencontres, excuser ton absence, marre de tenter de comprendre les aléas de tes pensées obscures, tes raisons, ta dramatique aisance dans l'eloignement,  ta folie, marre de stagner dans un battement de cœur éternel, inrompu, marre de tenir à bouts de doigts le fameux lien si ténu,

 marre de rester collée à la glue de souvenirs lointains et, je crois que je l'ai inventé tout cela, tout cet amour qui sert à rien, c'est plus facile pour oublier.

Bonjour mon enfant quel est ton problème ?

Bonjour belle au bois, j'aime un homme marié.

ha merde quelle idée as tu là.

Sais tu ce qui t'attends mon enfant.

Tu vas atteeeeeeendre, atteeeeendre.

Attendre les sms, les coups de tel, les mails, attendre de son temps, attendre de son envie, dépendre de son désir, dépendre de sa vie de famille,

dépendre de son bon vouloir, tu vas ramper, ramper à ses pieds, ramper à l'amer de ses désirs non comblés, tu vas dé !

pendre,

 dé !

sespérer,

et l'indé,

cente que tu es,

va se conditionner à patienter.

Mais ça tue l'amour, ça sent l'amor, c'est un jeu aux pulsionnants coups à coups,  ce n'est pas passionnant, ce n'est pas de la mort, c'est du feu de paille, ça se marie bien, aux coups de soleil du vague à l'âme, t'auras des larmes, et ça !

ça ne se désarme...

pas. Mon Petit.

Jamais.

Et sur ton CV d'amour, en grosses lettres un jour,

tu pourras ajouter :

terrorisme d'homme mariés,

poseuse de bombe sexuelle.

Militante active du parti glennclosiste.

Ca va te ronger comme un ver blanc, le bleu du ciel balafré entre tes deux poumons, plus de souffle à mettre dans le soleil, ni dans le jour d'après ni dans les nuits, les sourires te feront peur, tu voudras juste attendre et patienter,

 le regard tourné vers la malle à secrets, en maudissant ton putain de téléphone.

Call baby, call baby love, it's under control...

Tout te souffrira.

La chaleur , la vie, les amis, l'amour des autres qui n'est pas le sien, la nuit sans lune, les petits chatons, les bébés les trucs mignons, p'tain !

 l'odeur de bouffe, le bruit des pouffes, les gens qui se plaignent,  et la haine, la fameuse haine écrasante, portée en intra vénus, comme un virus,  cachée aux autres comme une folie honteuse.

Ensuite vient le jour d'après. Tout se dissipe. Le réel. La révélation. C'est juste un  bourrrrricot, comme dirait maria qui mélange la francia et l'espagna.

 qui ne mérite pas tant d' hagard.

 Qui s'est laissé engloutir par la peur de ses propres élans, et du haut de sa nonchalante confiance dans le destin de petit comptoir, ne veut pas de  la fin jusque dans ses plus beaux hématomes de pensée. 

Qui a labouré de noir, les belles teintes des toiles de ses rêves.

 

Je me fous si j'ai eu mal parce qu' au moins je l'ai vécu.

Et maintenant, je peux repartir du bon pied, sans un regard pour le bas côté. Haha.

Ecrit par Gobbo, à 11:11 dans la rubrique Red Destrier.
Lire l'article ! (suite de l'article + 3 commentaires)
Mercredi (16/01/13)
J'ai la vodka qui crie au secours.

It’s a beautiful night,
We’re looking for something dumb to do.
Hey baby,
I think I wanna marry you.

no no no no !



http://www.youtube.com/watch?v=OMr9zCvtOfY




le jour se lève parfois accompagné de certitudes, de petits sacs amers bien lourds gluants des restes de plaies à souvenirs, que la lumière fut, et la lumière fut,

 le flou flonflon du fou filant à travers le filet de la passion, tout se réveille, se dégonce grince et se met en marche, comme un monstre de métal vetu de sa plaque tectonique,  il y a de la lumière, au premier étage, dans le grenier ça remue aussi,

 collent les toiles des derniers baisers, les araignées échappées de ma moelle, les squelettes sont lancés. Placard espoir, dernier arrêt.

Un jour tu te lèves, la haine du prochain chevilllée au corps, la carapace absurde capillotractée, tu refuses, tu blindes , tu rejettes, tu t'eteins, t'atteins le fond du lac, dans sa noirceur de vase, tu t'étreins et tu flottes, engoncé dans des rêves de déja vu, là où l'espoir est mort et a quitté le navire avant les enfants,

Mon âme s'est perdue dans un labyrinthe de jade, elle court elle court la furette, troublée comme une moufette, laissant des traces de ses pas ensanglantés dans la neige de mes neurones et quand l'eau monte , elle monte elle monte.

J'ai honte.

J'ai honte, stupide folle d'avoir perdu tout ce temps, 

oui perdue, coincée au milieu des squelettes de placard, des sentiments menteurs, des émotions de carnaval, perdue à vouloir ouvrir avec mes ongles la porte lourde de ton organe tricheur.

Alors s'il suffisait de faire un bon feu et de bouffer des bonbons, de boire un verre de  vin entourée d'âmes jumelles, de faire le bien, pour me sentir mieux, s'il suffisait d"epurer mon coeur au glaçon des trainées engelures,

s'il suffisait d'oublier ton nom, s'il suffisait d'en aimer un autre,

s'il suffisait de ne plus aimer les hommes...

Au chemin tout tracé d'une vie tout seul, où le bonheur est à portée mais pourtant loin d'etre cible , quand à chaque plat il manque un ingrédient, quand on passe très peu à côté, et quand le renoncement devient alors plus excitant que la poursuite...y a plus qu'à niquer avec la flèche. Ouep voilà.

Ecrit par giantjack, à 10:13 dans la rubrique Alcoolo song.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (17/12/12)
J+1 Ma vie sans toi


Badaboum du moment :

http://www.dailymotion.com/video/x7xy26_pourquoi-tu-restes-well-j_music


Le coupable, c'est ce chemin, tu sais ,

 qui ressemblait à tous les autres, à tous ceux qu'on a parcourus ensemble, et qui gravitent dans ma mémoire,

celui que j'ai foulé seule de ma nonchalante ouverture, la neige fondue d'esprit galopant, ce sont tes bras ouverts sur ma froideur impatiente, après l'enfer de ta voiture,  et cette volonté que tu as de dompter mon Ego au lasso,

peut être aussi cette stupide histoire de pépites qui n'a point de mérite, si ce n'est d'avoir gâché le plus beau de nos songes,

je rêvais de tes bras, droguée à ton odeur, j'aurai voulu pourvoir naître collée contre toi, j'aurai voulu n'y voir aucune fin, compter les années passées sur ton visage,

comme on lit la souffrance dans les trous des écorces, creuser d'autres sentiers, ta jeunesse dans la mienne, découvrir des trésors, aux infimes pointes de nos corps, j'aurai voulu que tu m'aimes à esperer y croire,

j'aurai voulu que tu luttes contre les monstres du réel, que tu guerisses ma peau des blessures d'antan, mon seigneur des oiseaux, sombres vaisseaux de tristesse,

au cresson du violoncelle, j'accorderai ton nom, la chanson de mon coeur, et la mort de ma passion.

Bonne route mon amour.

Juste à moi.

Ecrit par giantjack, à 21:23 dans la rubrique Red Destrier.
Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Mercredi (21/11/12)
Petit voyage en Autistie, là où les bêtes sont aussi des Hommes.
--> Mais ça va falloir leur expliquer aux bureaucrates merdiques de la santé.

2012 CHAMBOOOOOORD

par dessus boooord

http://www.youtube.com/watch?v=as1dr0BIgpw

pavillon psy (kiboum ?)

 Autisme

Pshiiiit chose infantile vieille hissante.

Tout ce brouillard.

 Les cris, ils rampent dans les allées entre les chênes, et les buissons, la brume de leur esprit te colle aux chaines de ta journée,

 taff, prison, maison, le bruit, leurs cris,

acouphènes dévorants qui poussent encore par dessus la musique, ils rampent, sans yeux, à bosses,

 baleines échouées dans les recoins sombres des murs de leurs esprits cahotiques, leurs mains comme des croches, et, leurs langues déroulées, lêchant le sol à la recherche de réel,

 poussière, quotidien extatique, je peux pas c'est psychique, mon cul collé sur la banquette arrière de leur propre violence,

tous ces gamins amochés, devenus des adultes non consentants décrochés par leur propre mystère,

 ils hurlent, dedans, devant, pendant, au réveil, au  sommeil, en mangeant, ils hurlent,  dans leurs yeux, dans leurs coups, les trous dans les murs comme autant de messages, les morceaux de leur peau, étalés sur mon visage,

je - ne comprends - pas -pas- pas- ce- que- tu- vous- me dites, dites - dites

mayday boum mayday boum

martiens bien terriens, cachés tous au fond, dans une aile insalubre, 

 enfermés, maintenus en vie hors de nos vues, sortis d'un ventre traumatisé, abandonnés à notre seule condition humaine, nos joies, nos peines,

leur chier, pisser, manger, dormir, hurler toujours, les angoisses sont des trous et des briques que l'on descelle,

le bruit des clefs qui tressautent au fond de ma poche, les clefs du dedans dehors, dehors dans ma tête quand je suis tout au fond dedans,

la blouse qu'on enlève, comme si on baissait les armes, j'ai soif de vie quand je sors de leur vie, chaque soir, dans le brouillard.

Ecrit par giantjack, à 11:09 dans la rubrique Shyzoph 'Hommes.
Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Articles suivants